Ce site Web utilise des cookies.
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic.
Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.
 


Journée d’action contre le discours de haine sexiste 2017

La Journée internationale pour les droits des femmes (8 mars) rend hommage aux réalisations des femmes sur les plans social, économique, politique et culturel. Cette célébration se veut aussi être un appel à l’action pour accélérer les progrès vers la réalisation des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ce mercredi 8 mars 2017, le Mouvement contre le discours de haine invite les jeunes à faire barrage au discours de haine sexiste au moyen d’actions éducatives et de prises de position, en sensibilisant aux incidences du discours sexiste sur les femmes et les hommes, les droits humains et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Les propos sexistes s’appuient sur un discours qui réaffirme les stéréotypes de genre et justifie ainsi la discrimination fondée sur le genre et le sexisme.

Différents discours de haine peuvent se combiner et ce faisant amplifier les propos de ce type et isoler encore davantage les personnes qui en sont la cible. Les femmes victimes de discrimination multiple, ou "intersectionnelle", sont confrontées à la discrimination ou à la violence à cause de leur sexe, mais aussi parce qu’elles font partie d’un groupe spécifique.

A la lumière du travail de la campagne contre le discours de haine sexiste en 2016, la Journée d’action de cette année vise les objectifs suivants :

  • sensibiliser à l’ampleur du discours de haine sexiste en Europe au moyen de statistiques, de chiffres, d’articles et d’exemples ;
  • défendre l’égalité entre les femmes et les hommes et les droits des femmes dans toutes les sphères de la vie, en présentant des exemples de contre-discours positifs et d’autres initiatives promouvant les discours positifs sur le genre et l’égalité entre les femmes et les hommes ;
  • inviter les femmes et les hommes à se mobiliser pour l’égalité de genre et l’égalité des droits et les sensibiliser à l’importance de l’égalité pour eux-mêmes et pour la société d’aujourd’hui et de demain ;
  • échanger des bonnes pratiques et des outils éducatifs pour travailler contre le sexisme, le discours de haine sexiste et la discrimination fondée sur le sexe ;
  • sensibiliser aux cadres politiques de la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe et le discours de haine sexiste, et promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes.

Actions suggérées

Hors ligne 

  • Organiser des activités d’éducation aux droits humains sur le discours de haine sexiste et l’égalité entre les femmes et les hommes, en utilisant les manuels Questions de genre et Connexions, ainsi que d’autres ressources.
  • Organiser une réunion conjointe avec des actrices et acteurs de la société civile pour identifier les problèmes auxquels sont confrontées les femmes dans la société et réfléchir à la façon d’y remédier, au moyen d’initiatives susceptibles de :
    • renforcer les actions coordonnées au niveau national ;
    • favoriser la participation de femmes de groupes minoritaires et examiner les préoccupations des femmes confrontées à la discrimination intersectionnelle ;
    • faire participer des femmes politiques et journalistes ;
    • déboucher sur une déclaration commune adressée aux autorités ou au grand public, invitant à mettre un terme au discours de haine sexiste, à la violence basée sur le genre et appelant à l’égalité entre les femmes et les hommes ;
    • déboucher sur des activités de sensibilisation en ligne et hors ligne.
  • Organiser des manifestations de sensibilisation, par exemple :
    • des lieux de parole, pour inviter les passantes et passants à formuler des arguments contre le discours de haine sexiste ;
    • des murs de discussion sur ce qu’il est possible de faire pour parvenir à l’égalité entre les femmes et les hommes et/ou mettre un terme au discours de haine sexiste ;
    • des expositions "silent witness" (témoins silencieux représentés par des statues) ;
    • une "bibliothèque vivante" animée par des femmes, pour découvrir leurs expériences de la discrimination fondée sur le sexe et du discours de haine sexiste, et la façon dont elles y ont réagi.

En ligne

  • Créer un label "Sexiste !" à apposer en ligne sur les matériels et dans les sections réservées aux commentaires, pour dénoncer le discours de haine sexiste ;
  • diffuser des contre-discours en réponse aux stéréotypes de genre répandus dans les discours de haine sexistes ;
  • promouvoir les recommandations du séminaire sur la lutte contre le discours de haine sexiste et du séminaire consacré aux questions de genre ;
  • donner de la visibilité à des exemples inspirants qui promeuvent l’égalité entre les femmes et les hommes, des rôles de genre positifs et qui luttent contre le discours de haine sexiste.

Termes et définitions
Provenant de la Note d’information sur le discours de haine sexiste (en anglais) de l’Unité pour l’Egalité de genre du Conseil de l’Europe.

On entend par égalité entre les femmes et les hommes une visibilité, une autonomie, une responsabilité et une participation égales des femmes et des hommes dans toutes les sphères de la vie publique et privée. Elle implique également l’égalité des femmes et des hommes dans l’accès aux ressources et dans la répartition des ressources. L’égalité entre les femmes et les hommes commande d’accepter et de valoriser d’une manière égale les différences inhérentes aux femmes et aux hommes et la diversité des rôles qu’elles/qu’ils jouent dans la société.

Le discours de haine sexiste contre les femmes est souvent qualifié de "discours de haine sexualisé", de "cyberharcèlement fondé sur le genre" ou encore de "cybersexisme". Humilier et chosifier les femmes, ruiner leur réputation et les rendre vulnérables et craintives sont les buts recherchés. C’est une forme d’humiliation sociale, qui véhicule le message selon lequel les femmes ne seraient pas de véritables êtres humains. Le discours de haine basé sur le genre crée, renforce et perpétue une hiérarchie fondée sur le genre dans les lieux publics.

Les stéréotypes de genre sont des idées préconçues qui assignent arbitrairement aux femmes et aux hommes des rôles déterminés et bornés par leur sexe. Ces stéréotypes peuvent entraver le développement des talents et des capacités naturelles des filles et des garçons, des femmes et des hommes, leurs expériences éducatives et professionnelles ainsi que les possibilités que leur offre la vie en général. Les stéréotypes féminins sont à la fois le résultat et la cause d’attitudes, de valeurs, de normes et de préjugés profondément enracinés à l’égard des femmes. Ils sont utilisés pour justifier et maintenir la domination historique des hommes sur les femmes, ainsi que les comportements sexistes qui empêchent les femmes de progresser.

On entend par sexisme "la supposition, l’opinion ou l’affirmation qu’un sexe est supérieur à l’autre, souvent exprimée dans le contexte de stéréotypes traditionnels concernant les rôles sociaux de sexe, et qui résultent en une discrimination à l’égard des membres du sexe supposé inférieur". Le sexisme en tant que système de croyances peut conduire à des actes ou des comportements qui violent la dignité de la personne ou instaurent un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou agressif.



{{Comments}}