L'ULB et la VUB sont les premières universités à rejoindre la campagne No Hate

Le 3 mai dernier, l'Université libre de Bruxelles et la Vrije Universiteit Brussel ont été les premières universités d'Europe à appuyer institutionnellement la campagne No Hate.


Une signature symbolique fut ainsi posée par les recteurs Caroline Pauwels (VUB) et Yvon Englert (ULB) ainsi que le ministre flamand de la jeunesse et des médias Sven Gatz, en présence des coordinateurs de campagne francophone et néerlandophone, Manu Mainil et Andy Demeulenaere.


Ce moment a clôturé le Difference Day, célébrant la Journée mondiale de la liberté de la presse à Bozar, afin de démontrer que la haine et la discrimination font barrage tant au débat académique qu'à une liberté de la presse qualitative.

Scientia vincere tenebras


Les universités sont des lieux par excellence où apprendre à façonner ses opinions, à les exprimer, à les confronter. Grâce à la recherche et à la pensée critique, la vérité se révèle et une ligne peut se dessiner entre faits et rumeurs, info et intox. Le fait que l’ULB et la VUB soient les premières universités d’Europe à appuyer la campagne No Hate symbolise fortement le rôle que les universités devraient jouer aujourd'hui : initier des débats plutôt que censurer et réprimander, fournir des faits et arguments plutôt que des dogmes et faits alternatifs.


Nos comités de campagne sont impatients de construire un partenariat fort avec nos deux universités bruxelloises et ainsi proposer aux étudiant-e-s, associations, bureaux, cercles mais aussi au corps académique des animations, formations et actions de sensibilisation.


Ensemble, mobilisons-nous pour le respect des droits humains en ligne !


#ULB #VUB #DD17 #WorldPressFreedomDay #NonALaHaine #NoHateSpeech




{{Comments}}