Ce site Web utilise des cookies.
Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic.
Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.
 


Creativity Creates Change, retour sur un projet international inspirant

La conférence finale du projet Creativity Creates Change s’est tenue du 11 au 14 mai 2017 à Nis, en Serbie.


CCC, ce sont plusieurs activités (arts graphiques, photo, musique, danse...) organisées depuis l’été 2016 dans 8 pays (Albanie, Belgique, Bosnie Herzégovine, Bulgarie, Grèce, Irlande, Macédoine et Serbie). Un partenariat international initié par KOM018 dans le cadre de la campagne No Hate et co-financé par le programme Erasmus+ de l’Union Européenne.


Brochure du projet mené en FWB par DVDLC

Retour en images et témoignages


Prendre part au projet CCC, c'était une chouette opportunité de mettre l'imagination au pouvoir, de reconnaître sa force afin de lutter contre les discours de haine, les discriminations et plus globalement, les inégalités entre humains. C’était un réel plaidoyer en faveur d’une reconnaissance de la place de l’art dans la société et de son potentiel divertissant, informatif, contestataire, subversif. Penser, dessiner, créer des contenus et des actions... et des rencontres humaines joyeuses et chaleureuses et surtout, tordre le cou aux idées reçues : oui, les jeunes peuvent s’investir, et avec une vitalité éblouissante. La participation à ce projet a été synonyme d’un réel enrichissement culturel : expérimenter de nouvelles manières de travailler, de créer, s’inspirer des actions menées dans les pays partenaires, découvrir les cultures du pays hôte et celle des collaborateurs-trices. Avec ce projet, j’écris une nouvelle page de l’histoire de mon engagement au sein de No Hate. Ce mouvement, je l’ai intégré depuis mars 2016, en tant que CyberCRACCS dans un premier temps, en tant que formatrice dans un second temps, alors consciente que nombreux sont les enjeux pour garantir un espace démocratique en ligne et hors ligne, avec des panneaux d’indication que sont les Droits de l’Homme. Ces indications permettent de construire une société bâtie sur la justice sociale, soucieuse du bien-être de chacun-e. CCC a pris fin en mai 2017, alors que nous avons assisté à la conférence finale en présence de nos partenaires. Plutôt qu’un point final, aposons à cette expérience un point-virgule : cela permet de laisser ouvertes des brèches pour envisager de nouvelles actions communes internationales, nationales, simplement humaines.

Anissa Ayadi


C’est en janvier 2017 que j’ai eu l’opportunité de m’associer à la campagne No Hate, suite aux deux journées de formation CyberCRACCS Junior. Dès lors, j’ai pris part à ce merveilleux processus. D’une part, j’ai pu informer et/ou faire des animations à des centaines de personnes, toutes avec des origines, des cultures, des croyances et des langages différents. Selon moi, j’ai pu enrichir certaines de ces personnes mais avant tout, je me suis moi-même enrichie. D’autre part, le projet CCC m’a également apporté énormément en matière de créativité, c’est-à-dire que j’ai découvert d’autres chemins afin de sensibiliser, d’informer et de mener des projets. Comme par exemple réaliser une capsule vidéo pour la Journée internationale des droits des femmes en se servant d’un texte rédigé expressément pour cela. Ou encore il y a eu cette reprise de la chanson Over The Rainbow que nous avons modifiée en Over The Keyboard. Ce qui nous a permis de faire passer un message fort par le biais d’une chanson. Toutes ces “petites choses”, je n’y aurais peut-être pas pensé auparavant mais je me réjouis de savoir qu’à partir de maintenant, ce sera le cas. Pour finir, je voudrais juste dire que le parcours que j’ai effectué n’était pas si dur, ce que renforce l’idée que tout le monde est capable de le faire. Je suis persuadée que si chacun-e de nous faisait ces “petites choses” tout en développant l’esprit critique qui, pour moi, va de pair, beaucoup de choses iraient mieux dans notre société actuelle.

Charlotte Dandoy


Il y a maintenant bientôt un an que j'ai découvert No Hate au Urban Arts Solidarity Festival. La campagne m'a tout de suite beaucoup parlé. Je fais partie de la "génération Y". Cette génération connue pour être fort active et sensible aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies. J'ai grandi dans un milieu très multiculturel et dans une famille où on nous a toujours poussé à développer notre esprit critique et nos opinions dans le respect d'autrui. M'engager avec No Hate coulait donc de source... En août 2016, on m'a offert la possibilité de partir en Serbie pour une formation sur le projet CCC, je n'ai pas réfléchi longtemps avant d'accepter ! J'adore le contact humain, l'expression artistique sous toutes ses formes et la coopération pour de beaux projets. CCC m'a permis de mieux comprendre les "envers du décor" des actions qui sont souvent menées dans le secteur non-marchand, toute l'organisation qui se cache derrière une action, un événement de sensibilisation. J'y ai rencontré de belles personnes, engagées et prêtes à agir pour un lendemain meilleur. Les brainstorming et les partages d'idées entre jeunes d'horizons et cultures différents sont très riches. Quel bonheur de mettre des idées sur papier et de finir par les réaliser ! Tout au long de l'année, nous avons fait différentes actions, capsules, clips, musiques... Des projets qu'on crée à partir de rien ou inspirés d'autres personnes. J'aime beaucoup l'idée que "La créativité engendre la créativité" et qu'ensemble, il suffit parfois de bien peu de choses pour trouver des chouettes idées. Je pense que notre action qui m'a le plus plu est la capsule sur les différences de genre, en partenariat avec Dynamo International. J'aime beaucoup la déclamation et la cause des femmes de par le monde m'affecte particulièrement. C'était un projet très riche en rencontres, en sens également. Beaucoup de personnes restent pessimistes quant au changement, pensant qu'elles ne peuvent rien y faire. J'aimerais que chacun-e puisse prendre conscience de son pouvoir, qu'il sache que sa voix compte. Les grandes plages ne sont faites que de petits grains de sable. Donc si chaque personne y met du sien, demain pourra effectivement être plus beau qu'aujourd'hui et qu'hier !

Aliénor Glowacky




{{Comments}}