Nouvelle application pour lutter contre la haine en ligne

Depuis fin 2015, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et son partenaire désigné, le Bureau International Jeunesse (BIJ), agissent pour combattre la haine en ligne (en ce compris le cyberharcèlement).


Le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, et la Ministre en charge de la Jeunesse et de l’Égalité des chances, Isabelle Simonis, poursuivent leur action en la matière en lançant la nouvelle application mobile No Hate pour contrer les discours de haine en ligne.


Cette application smartphone - prioritairement destinée aux jeunes - est disponible sur Android et iOSElle se décline en 4 volets.

  1. S’informer : des informations essentielles relatives à la problématique de la cyberhaine et ses conséquences sont disponibles.
  2. Réagir : quelle attitude adopter face à la haine en ligne ? Différents conseils sont donnés et plus de 40 visuels d’argumentation (de type panneaux Facebook) sont à disposition de l’utilisateur-trice pour répondre de manière adéquate à différents types de propos. Pour ce premier projet d’application, le racisme, l’homophobie, le sexisme et l’atteinte au physique - soit les 4 types de discriminations les plus récurrents selon Unia - ont été privilégiés.
  3. Signaler : l’utilisateur peut envoyer directement un signalement à Unia via un “formulaire intelligent”, en remplissant une série de champs prévus à cet effet.
  4. Se faire aider : un bouton d’appel a été créé pour entrer directement en contact avec la ligne d’écoute 103 - Ecoute-enfants, opérateur d’assistance et de soutien pour les jeunes en souffrance ou cibles de discours de haine.

La sortie de cette application est accompagnée de la publication de 1000 guides Alter-Narratifs proposant une méthodologie et des conseils pour réagir de manière constructive à la haine en ligne.


L’éducation des jeunes passe aussi aujourd’hui par le web. Nous nous devons donc de les conscientiser aux dangers des discours de haine en ligne mais aussi les équiper pour qu’ils réagissent au mieux et deviennent de véritables internautes fair-play, conscients, critiques et respectueux de l’autre”.

Isabelle Simonis


A travers cette application, les jeunes ont un outil supplémentaire pour lutter contre les discours de haine en ligne. Les récents chiffres le démontrent, les propos haineux et discriminatoires pullulent sur la toile. Ces phénomènes sont néfastes pour tous mais davantage encore pour les jeunes qui sont en pleine construction identitaire et passent une partie significative de leur temps sur Internet.

Rudy Demotte





{{Comments}}